Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5074 réponses...

Suivez-nous !

Autre monde ou monde autre ?

22.10.2003 Thème : Vie, mort et après Bookmark and Share
Réponse de : Jacques KÜNGJacques KÜNG

Bonjour. S'il est écrit en 1 Cor. 15:50 que la chair et le sang ne peuvent hériter
le royaume de Dieu, ne devrait-on pas normalement en conclure, qu'avec le corps
que nous avons présentement, il nous est absolument impossible d'avoir accès
au Royaume de Dieu et qu'une transformation majeure devra nécessairement s'opérer
(à la résurrection) afin que nous puissions justement y avoir le droit d'accès?
Par ailleurs, en considérant les paroles de Jésus en Luc 20:34à36, ne devrait-on
normalement en conclure que nous sommes destinés à devenir des créatures "asexuées",
similaires aux anges, au jour de la résurrection, et que nous sommes donc ni
plus ni moins destinés à vivre dans un tout "nouveau monde", alors que le monde
actuel sera finalement détruit dans le feu de la géhenne, avec tout ce qu'il
renfermera au jour du jugment dernier?.. selon ce qui est écrit en 1 Pierre
3:7-10-13?
On pourrait résumer 1 Cor. 15 par cette évocation : "lorsque le corps est porté
en terre cela ressemble à des semailles..." Si nous pouvons dire quelque chose
de ce qui est porté en terre (encore que nous ne pouvons jamais tout dire de
l'histoire de quelqu'un...), nous sommes incapables de décrire précisément ce qu'il
en ressortira un jour. C'est une manière de dire que, pour la foi chrétienne,
la continuité n'est pas à rechercher du côté de ce qu'il adviendra de nous (y
compris de notre vie affective et sexuelle), mais du côté de l'amour que Dieu
nous offre et dont rien ne peut nous séparer (Romains 8,38s). Nous sommes donc
invités à vivre dans le registre de la confiance.
C'est aussi ce que Jésus suggère à ses nterlocuteurs en Luc 20,27-40 : être
ressuscité, ce n'est pas reproduire dans l'au-delà les catégories d'ici-bas,
c'est vivre en communion avec le Seigneur qui est le Dieu des vivants et non
des morts.
L'essentiel n'est donc pas de savoir comment il en ira dans cet au-delà qui
n'appartient qu'à Dieu; l'essentiel est de vivre aujourd'hui de cette confiance
qu'il suscite en nous et qui peut se manifester dans des gestes de justice et
d'amour.
Les paroles sur le jugement dernier ne sont pas là pour nous faire peur; elles
ne nous disent pas tant comment obtenir un "visa" pour l'autre monde; elles
nous disent plutôt que l'espérance d'un autre monde nous permet aujourd'hui
de travailler à rendre autre le monde, en y ouvrant des espaces de confiance
et de paix.
Malgré tout ce que nous avons à subir, il y a une vie avant la mort. L'au-delà
commence aujourd'hui, c'est le beau titre d'un ouvrage sur la résurrection selon
l'apôtre Paul que Lucette Woungly-Massaga a publié en 1984 aux éditions du Moulin
et dont je vous laisse ces quelques lignes de conclusion : "Plutôt que de chercher
des certitudes sur la vie future, nous pourrions nous laisser mettre en route
dans le présent, portés par l'espérance vivante que notre futur, aussi bien
que notre présent, sont désormais liés à Jésus. Car il n'est pas, lui, resté sous l'emprise
de la mort, mais il a été ressuscité par l'initiative et la puissance de Dieu
qui s'exercent dans tous les temps, hier, aujourd'hui et demain."



Aucun commentaire

  •