Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5074 réponses...

Suivez-nous !

Secte et famille, quelle conciliation ?

03.11.2003 Thème : Mouvements religieux Bookmark and Share
Réponse de : Jean-Denis KraegeJean-Denis Kraege
La situation que vous évoquez n'a rien d'unique. Et pourtant une réponse générale
est extrêmement difficile car chaque cas est unique! Je vais toutefois tenter
une réponse. Elle est basée sur une valeur que devraient pouvoir comprendre
les personnes restées dans la secte: l'authenticité. Car quand on adhérent d'un tel
mouvement religieux, c'est bien ce que l'on cherche. Dès lors la personne qui
comprend que son engagement dans ce milieu devient "pernicieux" pour elle ne
peut que le quitter pour rester en accord avec elle-même, pour préserver son
authenticité. Je sais que les personnes restant dans le mouvement sectaire ont
alors de la peine à comprendre cette prise de distance car elles sont persuadées
qu'il n'est d'authenticité de vie que pour ceux qui appartiennent au mouvement
sectaire en question. C'est pourtant ce langage de l'authenticité qui a permis
à des personnes de ma connaissance qui sont sorties de tels mouvements sectaires
de le faire sans trop de heurs avec leur entourage.
Il y a bien entendu un risque assez grand à courir: celui que la famille ne
comprenne pas ce besoin d'authenticité et rejette l'"hérétique". Mais qu'est-ce
qui est plus important devant Dieu: l'authenticité de sa vie ou la préservation
de la famille ? Un musulman répondrait la famille, car pour lui l'individu n'existe
pas. Un catholique répondrait de la même façon. Un protestant avec la redécouverte
de la valeur de la vie individuelle devant Dieu qui est essentielle au protestantisme
répondrait :"la vie personnelle". Mais attention, il ne s'agit pas de provoquer
soi-même le rejet familial! I s'agit de tout faire pour que le reste de la famille
puisse comprendre et accepter la décision d'un de ses membres et, si cette compréhension
et cette acceptation sont impossibles, il s'agit alors seulement, la mort dans
l'âme, d'accepter que l'authenticité de sa vie personnelle soit plus importante
que son insertion dans une famille. Encore une fois, il n'y a rien d'une règle
intangible. Il s'agit de considérer chaque situation particulière!
J'ai, en effet, connu une personne qui est restée sa vie durant dans une secte
tout en ayant pris de considérables distances intérieures. Elle l'a fait pour
ne pas être une "occasion de chute" pour sa femme dont il jugeait la foi plus
"faible" que la sienne et qui n'aurait jamais - à ses yeux - compris-accepté cette
liberté prise. Il a sacrifié son authenticité et sa transparence personnelle
à la préservation de la foi de son prochain.



Aucun commentaire

  •