Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5074 réponses...

Suivez-nous !

Le ou les péché(s) ?

bernadin 24.09.2012 Thème : Foi: que croire et comment ? Bookmark and Share
Réponse de : Didier HalterDidier Halter
Bonjour,
Il y a plusieurs étapes dans ma réponse à votre question.

Première étape: de quel Dieu parlez-vous ? Pour ma part, je m'en tiens au Dieu auquel Jésus de Nazareth  rend témoignage. Or ce dernier déclare "je ne suis pas venu pour condamner, mais pour sauver". Cette déclaration est conforme à toute l'intention des textes bibliques: Dieu est un dieu qui sauve. Si, lorsque je pense à Dieu, j'ai d'abord l'image d'un juge qui me vient en tête; alors il devient nécessaire que je travaille à changer mon image de Dieu, à changer le regard que je porte sur le regard que LUI porte sur moi.
Ainsi devant Dieu, il n'y a pas d'abord de péché ou de sanctions, mais de la grâce et de l'amour.

Deuxième étape: le péché, les péchés ? Pour ma part, je distingue les deux. Le péché désigne une attitude fondamentale de l'humain devant Dieu, à savoir la prétention humaine à se placer au centre de toute chose et ainsi à se mettre en situation de rupture d'avec Dieu. Ainsi, le péché est autre chose que la simple accumulation d'actes moralement condamnables. Les péchés (au pluriel) en sont venus à désigner ces actes et il s'est construit au fil des siècles toute une nomenclature des péchés depuis le véniel jusqu'au capital, avec leurs cohortes de sanctions progressives.  Or, la  Bible ne nous parle pas tant des péchés et de leur hiérarchie que du péché - rupture avec Dieu - qui est source de mort. Mais attention, la mort n'est pas la punition du péché, mais sa simple conséquence.

Troisième étape: le mérite et les sanctions. L'Evangile nous détourne radicalement de cette approche de la vie comme une accumulation de mérites qui entrainent une cascade de sanctions.  Cette compréhension mène à une impasse car, devant Dieu, nous serons toujours en situation de pécheurs; parce qu'Il est Dieu et que nous sommes des humains. L'Evangile retourne cette situation en affirmant: devant Dieu, nous ne pouvons faire valoir aucun mérite, mais ce n'est pas grave car Dieu a pris les devants (il est le Dieu qui sauve!) et nous offre son amour comme socle sur lequel construire notre vie, en lieu et place d'un comptabilité de nos mérites ou de nos fautes.

Quatrième étape: nouons un peu la gerbe des étapes précédentes.  Devant le Dieu de Jésus Christ, il n'y a qu'un seul péché vraiment capital: celui qui consiste à vivre comme si ma personne était le centre de gravité de ma vie. Ce péché n'appelle pas une sanction, mais l'Evangile nous rappelle qu'il entraine une conséquence: loin de la Source de la vie, on ne peut que trouver la mort. Mais davantage encore, l'Evangile nous rappelle que Dieu ne veut pas notre mort, mais qu'à travers son Amour offert il nous ouvre à la Vie.


Aucun commentaire

  •