Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5066 réponses...

Suivez-nous !

Pourquoi la croix, si les hommes ne changent pas ?

fleurette37 16.06.2015 Thème : Foi: que croire et comment ? Bookmark and Share
Réponse de : Matthias WirzMatthias Wirz
Oui, sur la croix le Père livre le Fils, il l’abandonne, il l’éloigne de soi, et le hurlement du Fils devient le centre du gémissement de toute l’humanité, voire de toute la création. Voilà comment Dieu se révèle et nous invite ultimement à le connaître : dans l’impuissance et dans l’infamie de la croix.
La mort en croix apparaît comme un drame visant une seule chose: révéler l’amour (voir Romains 8,31-39; Galates 2,20). Il en résulte le don de l’Esprit saint à toute la création (voir Jn 19,30). En effet, de la passion du Père et de l’agonie du Fils découle le Saint-Esprit comme une énergie de vie pour la création tout entière.
Ce don de l’Esprit, qui émane du dernier souffle que Jésus émet sur la croix, implique une exigence pour l’homme, vous le soulignez à juste titre : il s’agit apprendre de la croix jusqu’à quelle conséquence l’amour peut et doit aller, c’est-à-dire jusqu’à donner la vie pour ceux qu’on aime (voir Jn 15,13). Mais, la croix n’assure aucune garantie :c’est bien à nous humains qu’incombe la responsabilité de porter à terme cette « transformation », ce « changement » (comme vous dites), cette conversion (selon le langage ecclésial) que le spectacle de la croix et le don de l’Esprit nous inspirent.
Si donc le chrétien, derrière son Seigneur, se charge de la croix dans le monde, c’est toujours imparfaitement qu’il tente d’en traduire les exigences dans le compagnonnage avec les autres hommes. Il n’y parvient pas toujours, et jamais complètement, c’est vrai. Pourtant Dieu ne nous appelle pas au désespoir ou au cynisme : comme Lui, sachons toujours garder un regard positif et amoureux sur nos semblables !
En effet, sur la création et sur l’humanité repose une bénédiction de Dieu qui n’est jamais venue à manquer: dans la Bible et dans l’histoire émerge, certes, une suite de chutes, la répétition du mal des hommes, mais bien davantage ressort le fait qu’aucun péché n’est assez déterminant pour interrompre le dialogue avec Dieu, parce que le pardon et le rachat sont toujours à l’œuvre. Voilà la force qui nous mobilise pour nous transformer nous-mêmes, toujours à nouveau.
 


Aucun commentaire

  •