Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5073 réponses...

Suivez-nous !

Quel est le lien entre Satan, le mal et Jésus ?

13.01.2004 Thème : Jésus Bookmark and Share
Réponse de : Georgette GribiGeorgette Gribi
D'abord, il faut préciser ce que l'on entend lorsque l'on parle de Satan et
du mal. Pour moi, c'est à peu près la même chose... je m'explique : Dans les
textes les plus anciens de la Bible, Satan est un mot hébreu qui signifie "adversaire",
et qui désigne les peuples ennemis d'Israël. Dans le Nouveau Testament, on a commencé
à utiliser ce mot pour désigner l'Adversaire par excellence, c'est-à-dire le
mal. Satan est alors devenu la personnification du mal, le Mal avec un grand
M. Cette manière de parler de Satan donne lieu, dans certains mouvements chrétiens,
à toutes sortes de développements montrant que, au-delà du monde dans lequel
nous vivons, Satan est un personnage puissant qui s'oppose à Dieu en s'attaquant
aux êtres humains : je précise tout de suite que je ne partage pas ce point de
vue. Pour moi, le monde n'est pas un champ de bataille entre deux forces surnaturelles
qui s'affrontent. Satan, c'est une manière personnifiée et imagée de parler
du mal, c'est une manière de dire que ce mal est présent dans notre monde, et que
cette présence nous dépasse, qu'elle est incompréhensible et douloureuse pour
nous, êtres humains.

C'est là que nous rejoignons Jésus. Si Satan et le mal, c'est à peu près la
même chose, j'ai envie de dire : Jésus, c'est à peu près l'inverse ! A nouveau,
il faut que je m'explique : Jésus, c'est celui qui est venu sur la terre pour
dire NON au mal, pour faire comprendre aux êtres humains que Dieu n'est pas partie
prenante dans ce mal qui nous cause tant d'incompréhensions et de douleurs...
non seulement qu'il n'est pas partie prenante, mais qu'il s'y oppose farouchement,
et que l'amour qu'il a pour nous et qu'il nous invite à partager les uns avec les
autres dépasse très largement l'apparente puissance de ce mal qui ronge nos
vies. Même dans une existence qui paraît complètement meurtrie, ruinée, anéantie,
telle qu'a été celle de Jésus sur la croix, une puissance d'amour et de vie a été
plus forte encore, aboutissant à une résurrection.



Aucun commentaire

  •