Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5074 réponses...

Suivez-nous !

Tous les humains sont-ils gratuitement sauvés ?

06.11.2003 Thème : Vie, mort et après Bookmark and Share
Réponse de : Jean-Denis KraegeJean-Denis Kraege
>Pour d'abord répondre à la fin de votre question à propos de l'auditoire de
l'évangile de Jean, je vous renvoie à l'excellent petit livre de Jean Zumstein
intitulé L'apprentissage de la foi, A la découverte de l'évangile de JeanŸ(Editions
du Moulin, 1993).
Mais le thème principal de votre question, c'est de savoir si tous les humains
sont sauvés par grâce ou non. Vous avez raison d'affirmer que notre destinée
post mortem n'est pas conditionnée par quelque décision humaine de type comportementaliste.
Vous ajoutez pourtant: derniers sacrements, conversion, mode de vie, etc.Ÿ. Je
comprends alors que l'entretien de Jésus avec Nicodème vous fasse problème,
car Jésus y affirme: A moins de naître de nouveau (ou d'en haut), nul ne peut
voir le Règne de DieuŸ (Jn 3,3). Jésus précise au v.5 la condition à remplir
pour entrer dans le règne: il faut naître d'eau et d'Esprit. Je ne pense pas
que Jésus fasse ici allusion au baptême comme condition d'entrée dans le règne
de Dieu, mais plutôt à ce à quoi renvoie le baptême: le dénuement de l'homme et l'intervention
miséricordieuse de Dieu (cf.l'Esprit). Reste que Jésus met une condition à l'obtension
de la vie éternelle: la foi ou, dans votre énumération, la conversion, même
si elle n'est à mes yeux de l'ordre du comportement.
Le Jésus johannique n'est pas le seul à affirmer ce genre de choses. Chez Paul,
on a un raisonnement tout à fait parallèle. Par exemple quand, dans I Thessalonissiens
4, Paul parle du Jour du Seigneur, il affirme que les morts en ChristŸ ressusciteront
(v.16). Cela signifie que ceux qui ne sont pas morts en étant croyants ne ressusciteront
pas! En I Cor 15, Paul parle de la résurrection de ceux qui appartiennent au
ChristŸ précédant la fin de toute autre domination, autorité, puissance (v.23).
En fait, je connais un seul texte - hormis l'Apocalypse - qui affirme la résurrection
des justes et des injustesŸ, c'est Actes 24,15.
Comment cela est-il donc conciliable avec la grâce de Dieu à laquelle nous sommes
à juste titre très attachés nous autres protestants ? C'est que, si la grâce
est certes offerte à tous, encore faut-il qu'elle soit reçue dans la foi, qu'elle
transforme quelque chose dans des vies. Si tel n'était pas le cas - et l'objection
a été faite à Paul qui y répond par plusieurs arguments de l'épître aux Romains
(cf. 3,8; 6,1; 6,15)- il suffirait de savoir que Dieu fait grâce à tous les
humains et ne plus s'en préoccuper, vivre comme bon nous semble puisque de toute façon
on est pardonné... Quand on se sait gracié d'avance, il s'agit de vivre de cette
grâce et donc de vivre de manière nouvelle: de vivre à partir de Dieu, sous
la conduite de son Esprit.
Quant à savoir, si Dieu, dans sa grande liberté, graciera tous les humains ou
seulement les croyants, nous ne sommes pas en mesure de nous prononcer à ce
propos. Soyons donc humbles en la matière. Contentons-nous de ce qui nous est
dit dans les Ecritures!
L'important c'est que Dieu promette à ceux qui croient que ce n'est pas la mort
qui a le dernier mot sur leur vie et qu'ils hériteront du règne de Dieu, un
règne qui déjà commence sur leur vie.
Quant à ceux qui meurent sans être croyants, il ne nous appartient pas de juger
de leur destinée. Nous ne pouvons que les remettre à Dieu. Et ceux que nous
côtoyons et qui ne sont pas croyants, il ne nous appartient pas davantage de
les juger ni de les terroriser, mais d'être auprès d'eux témoins de la vie nouvelle,
de la vie d'en haut dont Dieu nous a fait grâce.



Aucun commentaire

  •