Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5071 réponses...

Suivez-nous !

La nature nous ouvre-t-elle à la présence de Dieu?

vincent132 16.06.2015 Thème : Spiritualité et prière Bookmark and Share
Réponse de : Matthias WirzMatthias Wirz

Bien sûr, la nature est un lieu de paix où l’on peut s’ouvrir à la présence de Dieu. On a souvent compris en ce sens un texte de saint Bernard de Clairvaux, dans lequel cet auteur vante la tranquillité des bois (où sont en général implantés les monastères cisterciens) comme lieux propices pour l’ouverture à Dieu. Oui, si les monastères, véritables havres de paix destinés à la recherche de Dieu, sont implantés en pleine nature, la paix du contexte où ils se trouvent prépare aussi, très naturellement, à rechercher la paix de Celui qui a crée toute chose.

Mais ce n’est pas seulement la paix des sens, favorisée par la nature, qui nous ouvre à Dieu : bien plus, la création elle-même est un lieu où Dieu se manifeste, puisque toute la création porte son empreinte. La beauté des choses que Dieu a créées renvoie aussi à la beauté de Celui qui les a créées et nous donne d’y goûter.

Le spectacle de la nature, en nous ouvrant à Dieu, nous ouvre alors aussi à une communion de miséricorde avec tous les autres êtres créés.

Isaac de Ninive, par exemple, a écrit : « Qu’est-ce que la pureté de cœur ? C’est un cœur compatissant pour toute la nature créée. Et qu’est-ce qu’un cœur miséricordieux ? C’est un cœur qui brûle pour toute la création, pour les hommes, pour les oiseaux, pour les bêtes, pour les démons, pour toute créature. Lorsqu’il pense à eux, et lorsqu’il les voit, les yeux du chrétien versent des larmes. Si forte et si violente est sa compassion, et si grande est sa constance, que son cœur se serre et qu’il ne peut supporter d’entendre ou de voir le moindre mal ou la moindre tristesse au sein de la création. C’est pourquoi il prie en larmes à toute heure pour les animaux sans raison, pour les ennemis de la vérité et tous ceux qui lui nuisent, afin qu’ils soient gardés, et qu’ils soient pardonnés. Dans l’immense compassion qui se lève en son cœur, sans mesure, à l’image de Dieu, il prie même pour les serpents ! »



Aucun commentaire

  •