Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5073 réponses...

Suivez-nous !

Comment expliquer la résurrection ?

rispa 20.02.2008 Thème : Vie, mort et après Bookmark and Share
Réponse de : Georgette GribiGeorgette Gribi

J'ai résumé vos questions dans le titre "comment expliquer la résurrection", car il me semble que c'est cette préoccupation qui est au coeur de vos réflexions. Je réponds simplement "oui" à votre toute première question, car un pasteur (en tout cas dans les Eglises protestantes) doit être théologien pour pouvoir exercer ce métier.

Quant à la résurrection : si j'ai dit que Dieu n'a pas le pouvoir de supprimer la mort, c'est de notre mort physique dont je parlais. Le Christ est mort sur une croix, les êtres humains meurent, et c'est ainsi. Parler de résurrection ne supprime pas cette mort-là. Dieu n'a pas choisi d'intervenir dans le monde en supprimant cette mort-là, nous allons donc mourir un jour. Par contre, proclamer le Christ ressuscité, c'est dire que cette mort-là n'a pas le pouvoir de supprimer la vie; notre vie, ou ce qu'elle aura été (vie physique, spirituelle, tout ce que vous voulez) ne sera pas effacée par la mort.

Il ne faut pas chercher une logique physique à cela, et se lancer dans des spéculations sur la mort physique ou spirituelle. La résurrection n'est pas une affaire de logique ou de physique, c'est une affaire d'amour, de foi. Pour nous, vivants, qui perdons un proche, l'espérance de la résurrection est que cette personne que nous avons tant aimée, même si elle ne vit plus physiquement, continue à vivre autrement... ce que nous avons vécu avec elle a été si fort que même la mort ne peut tuer ce qu'il y a entre elle et nous - attention, à nouveau, à ne pas tirer de cela des conclusions métaphysiques sur la vie de l'esprit, sur les revenants ou que sais-je; je ne parle pas de cela, et il ne me semble pas intéressant, et beaucoup trop intime, de se lancer dans un discours sur la manière dont la vie peut continuer, voire renaître, après la mort d'un proche.

Ce qu'il adviendra de moi après ma propre mort, je n'en sais rien non plus... mais ma foi en Christ ressuscité m'aide, par contre, à ne pas me noyer dans l'angoisse ou le désespoir à l'idée de ma mort. Je n'ai pas à craindre cette mort, qui a peut-être le pouvoir de tuer mon corps, mais non pas la personne que je suis, et l'amour que j'ai pour le Christ et pour les humains. C'est cela, pour moi, l'espérance de la résurrection : c'est cette conviction que le Christ continue à vivre, et que la vie et l'amour sont plus forts que la mort. Mais cela pas du tout dans une logique scientifique, qui cherche à savoir ce que deviennent les corps et les esprits - ce que, à mon avis, nous ne pouvons pas connaître scientifiquement. C'est un langage de foi, c'est tout.



Aucun commentaire

  •