Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5066 réponses...

Suivez-nous !

Dieu et les abomination nazie: quels liens ?

02.02.2007 Thème : Politique et convictions Bookmark and Share
Réponse de : Jean-Denis KraegeJean-Denis Kraege

est aimé de Dieu
amour.
Je vais essayer de reprendre les unes après les autres les nombreuses
questions que vous posez.
Parmi les soldats allemands qui commirent des horreurs il y en avait
certainement qui étaient sincèrement chrétiens. Dès lors, de deux choses, l’une :
soit ils n’étaient pas cohérents avec leur foi, soit ils ont préféré obéir aux
ordres d’extermination de leurs semblables plutôt que d’être mis à mort eux-mêmes. Peut-on
les blâmer dans un cas comme dans l’autre ? Sommes-nous toujours cohérents dans
tout ce que nous sommes, faisons et disons ? Préférerions-nous sacrifier notre
vie plutôt que celle d’autrui, si nous n’avions que ce choix ? Je ne suis pas
sûr que nous choisissions toujours – peut-être à notre grande honte – le sacrifice
de notre petite personne.
Dieu peut-il pardonner des faits aussi désastreux ? Certainement et
Lui seul le peut. Lui seul peut aussi nous permettre de pardonner à ceux qui
les ont commis (voire à leurs descendants si nous avons encore de la rancune
à leur égard). Si Dieu ne pardonne pas, alors –pour paraphraser l’apôtre Paul – Jésus
est mort pour rien. Et si Dieu pardonne, à notre tour de pardonner, de Lui demander
plus exactement la force de pardonner.
Comment Dieu a-t-il pu laisser faire pendant tant d’années ? D’abord
il n’a pas complètement laissé faire. Il a suscité de la résistance en Allemagne
comme hors d’Allemagne. Par ailleurs, ce que nous pouvons dire de la relation
que Dieu entend entretenir avec nous autres humains, c’est qu’il nous veut – dans
une certaine mesure – libres. Nous n’aimerions pas être purement et simplement
une marionnette entre les mains de Dieu. Alors pourquoi lui demander d’enlever
toute liberté aux autres quand ces autres usent mal de leur liberté ? Enfin,
si Dieu a laissé faire, ce pourrait être pour choquer l’humanité, lui faire
comprendre quelque chose. A nous, plutôt que de demander des comptes à Dieu,
de tirer les conclusions de ce qui s’est passé pour que cela ne se reproduise
plus ! Nous semblons avoir beaucoup de peine à le faire : les exterminations
persistent (Rwanda, Ex-Yougoslavie), les massacres de civils au nom d’une idéologie
ne cessent pas (un seul exemple : la guerre civile irakienne).



Aucun commentaire

  •