Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5068 réponses...

Suivez-nous !

Y a-t-il vraiment un Dieu juste?

28.02.2007 Thème : Actualité et spiritualité Bookmark and Share
Réponse de : Michel CornuzMichel Cornuz
Bonjour elise,

Je comprends tout à fait votre désarroi face à ce qui s'est passé dans votre
village et votre questionnement au sujet de la justice de Dieu... D'abord, j'aimerais
dire qu'il ne peut y avoir dans ce domaine aucun "savoir" sur une quelconque
volonté divine, encore moins sur le pourquoi d'une telle volonté, sur les "raisons"
de telles tragédies...L'Evangile ne nous donne pas de réponses à ce genre de
"pourquoi?"...
Ces questions nous entraînent souvent sur la voie des explications, des justifications,
des recherches de causes…qui sont la plupart du temps des impasses! Non le Dieu
de l'Evangile est du côté de la vie qui triomphe du mal et de l'absurdité, il
est Celui qui préserve précieusement cette part de lumière intérieure qui continue
à briller, comme une veilleuse, dans les sombres moments de nos existences,
celui qui nous permet de ne pas nous effondrer quand le monde autour de nous
s'effondre, celui qui nous donne une parcelle de son Eternité afin que nous continuions
notre chemin. Nous découvrons alors que Dieu n'est pas du côté de l'adversité
(n'oublions pas que adversité et adversaire ont la même racine…) Il n'est pas
derrière les catastrophes, les tremblements de terre, les accidents comme celui qui
manipulerait tout cela…Mais Dieu est à nos côtés pour nous permettre de ne pas
être seuls contre l'adversité, pour nous aider à tenir bon et à avoir du courage
face à tout ce qui vient à notre encontre…
Peut-on dire qu'il a été du côté de ce jeune homme pour le faire sortir de l'eau?
Seul ce jeune homme peut répondre à cette question...et peut-être alors relire
cet événement dramatique dans cette Lumière, découvrir ce Dieu qui lutte avec
nous pour que nous nous relevions...Mais même une telle lecture n'autoriserait
pas à conclure que Dieu a précipité les deux autres dans la mort, ce serait
avoir une image d'un Dieu manipulateur et sadique...
Vous savez, autrefois on disait, "il a plu à Dieu de rappeler à lui". Le pasteur
et poète Kurt Marti a écrit un beau texte liturgique à l'occasion d'un décès
d'un jeune homme Gustave Lipps, où il réfute cette idée...et où il exprime sa
protestation (au Nom du Dieu de la résurrection) contre une telle conception de
Dieu:
Au Seigneur notre Dieu,
il n’a pas plu du tout
que Gustave Lipps soit mort
d'un accident de la circulation.
D’abord un: il était trop jeune,
et deux: envers sa femme un mari tendre,
trois: de ses enfants un père aimé,
quatre: pour les amis un fidèle ami,
cinq: rempli d’un tas d’idées.
Qu’adviendra-t-il maintenant sans lui ?
Que deviendra sa femme sans lui ?
Qui jouera avec les enfants ?
Qui remplacera l’ami ?
Qui aura de nouvelles idées ?
Au Seigneur notre Dieu,
il n’a pas plu du tout
qu'entre vous d'aucuns pensent
que pareille chose pût lui plaire.
Au nom de celui qui ressuscita des morts,
au nom du mort qui ressuscita :
Nous protestons contre la mort de Gustave Lipps.



Aucun commentaire

  •