Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5074 réponses...

Suivez-nous !

Peut-on boursicoter et être chrétien?

doubleforce 09.10.2008 Thème : Actualité et spiritualité Bookmark and Share
Réponse de : Michel CornuzMichel Cornuz

Bonjour,

En pleine crise boursière, votre question sonne comme une sorte de rappel à l'ordre quant à nos hiérarchies de valeur! Et c'est vrai qu'il est important de se rappeler qu'il existe des valeurs plus sûres que celles cotées en bourse! Mais il ne faudrait non plus pas tirer sur l'ambulance! et être très prudent dans nos jugements éthico-économiques. En fait, dans votre question, il y a déjà la réponse que vous semblez vouloir donner: lvous parlez des deux maîtres que Jésus évoque dans le sermon sur la montagne, en affirmant qu'il faut choisir entre Dieu et Mammon (ou l'Argent personnifié comme dieu); donc à suivre votre raisonnement, les "boursicoteurs" suivent Mammon et donc ne peuvent servir Dieu.

Il me semble que ce n'est pas si simple, même dans les propos de Jésus, qui peut aussi dans la parabole du "gérant habile" (Luc 16, 1 à 9), une des paraboles les plus "choquantes" et politiquement incorrectes de l'évangile affirmer qu'on peu "se faire des amis avec les richesses injustes" en faisant un exemple de ce gérant malhonnête! Le critère est certainement dans la fameuse phrase (à propos d'ailleurs d'argent, du payement de l'impôt) : "Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui est à Dieu". Jésus semble différencier deux ordres de réalité: l'ordre politico-économique, celui de César et l'ordre spirituel, celui de Dieu. Il veut affirmer une certaine autonomie de chaque ordre, qui permet une "séparation des pouvoirs", assez proche de ce qui sera notre laïcité...Ce que Jésus affirme, c'est que le politique et l'économie ont de la valeur dans leur domaine propre, leurs règles particulières, une ceraine autonomie à respecter,et que "le religieux" n'a pas à s'en mèler. Il refuse ainsi toute "théocratie" ou mainmise du religieux sur l'économique et le politique! Mais en même temps, il affirme aussi que le politique et l'économique ont leurs propres limites: S'ils envahissent tout l'espace, s'ils prennent toute la place, s'ils imposent un culte (comme le culte de l'Empereur au temps des romains ou le culte du Marché de nos jours), alors ils deviennent idolâtres, en ne laissant plus d'espace à la Transcendance (Dieu).

Pour revenir à votre question: si la bourse est un "jeu régulé" de l'économie où je peux investir (et permettre ainsi à des entreprises de vivre, d'investir et de créer de l'emploi), alors il me semble qu'un chrétien peut tout à fait "boursicoter", mais l'économie est totalement dérégulée, n'a plus de valeurs éthiques, ne vise que le profit pour le profit et donc devient "idolâtre", sans limites, sans respect d'aucune transcendance (comme il semble que ce soit le cas de nos jours), là il faut se méfier et se poser la question en effet du "maître" que l'on choisit ...ou Mammon qui accorde une fausse sécurité sous ses airs débonnnaires, ou Dieu qui est notre "sur appui" et nous invite à mettre nos biens au service d'autrui!



Aucun commentaire

  •