Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5054 réponses...

Suivez-nous !

Comment comprendre la phrase de Dostoievski : "Plutôt avec Jésus qu'avec la vérité"?

beyonder 23.01.2009 Thème : Foi: que croire et comment ? Bookmark and Share
Réponse de : Michel CornuzMichel Cornuz

Bonjour,

En fait la phrase complète que vous évoquez est celle-ci :

“Si l’on me prouvait que le Christ est hors de la vérité et qu’il fût réel que la vérité soit hors du Christ, je voudrais plutôt rester avec le Christ qu’avec la vérité”

Il me semble qu'il y a deux manières de comprendre cette phrase: D'abord, Dostoievski pourrait opposer deux types de vérité : la vérité "scientifique" de la raison expérimentale et la vérité religieuse de type existentiel. Cette phrase opposerait alors ces deux types de vérité pour valoriser la vérité existentielle dans l'approche du Christ. On pourrait alors paraphraser : Même si la science et la raison me prouvent la non-vérité (objective) du Christ, mon expérience de vie me permet quand même de croire au Christ par un autre type de vérité (existentielle) et par le saut de la foi (au-delà de toute raison). Quant à moi, je pourrais souscrire à un tel énoncé.

Mais on peut aussi le comprendre différemment: Il semble que Dostoivski ait écrit cela dans une lettre à une amie, après avoir vu l'impressionnant Christ mort de Holbein et dans une période de profond doute religieux. Il n'opposerait plus alors vérité objective et existentielle, mais mettrait la césure dans la vérité existentielle. On pourrait alors paraphraser: Même si l'on me prouvait que Jésus n'était pas ressuscité et n'avait pas reçu sa mission de Dieu, donc à la limite, même s'il n'était qu'un imposteur! Je resterais quand même attaché à lui le préférant à la vérité. C'est un très bel hommage rendu à Jésus, mais avec le risque de le détacher de ce qui fait le coeur de la foi chrétienne, à savoir qu'il est bien le Christ de Dieu, l'Accomplissement de l'attente d'Israël. Une telle dissociation est pour moi éminemment problématique!



Commentaires

  • Rolland28.11.2016
    Merci beaucoup à Michel Cornuz pour ces profondes réflexions. Ne peut-on ajouter une troisième piste d'interprétation ? La vérité qu'oppose Dostoievski à Jésus ne pourrait-elle pas être une vérité comprise de manière cognitive, dogmatique, comme s'il suffisait d'énoncer des formules doctrinales pour rendre compte de la vérité. Ainsi, pour continuer les paraphrases : “Si l’on cherchait à me convaincre que l'attitude et les mots du Christ tels que nous les percevons dans les évangiles ne suffisent pas à définir la vérité, voire s'y opposent, que le Christ est hors de la vérité définie par les dogmes, je voudrais plutôt rester avec le Christ qu’avec la vérité”. Merci pour votre réponse. Amicalement.