Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5075 réponses...

Suivez-nous !

Qui est JHWH ?

alain deniel 06.01.2014 Thème : Foi: que croire et comment ? Bookmark and Share
Réponse de : Matthias WirzMatthias Wirz

Yahvé est la translittération, ou la « traduction », du tétragramme hébraïque JHWH, qui indique le Nom de Dieu. Pour ne pas manquer d’honneur et de respect au Seigneur, les juifs en effet ne prononcent pas son nom et ne l’écrivent pas, si ce n’est sous cette forme mystérieuse. Par convention, en hébreu, on le lit ordinairement comme Adonaï : c’est-à-dire « Seigneur ». C’est bien ce sens qu’il faut donner à ce terme.

La révélation de l’Ancien Testament d’abord, mais de toute la Bible en réalité, est la révélation de JHWH, qui est reconnu comme Dieu d’autrui : Dieu d’Abraham, de Jacob, de Jésus Christ, de tous les témoins de la première et de la nouvelle alliance, des justes d’Israël et des saints des Églises. Bibliquement, on ne peux donc dire « mon Dieu » qu’en confessant qu’il est aussi le Dieu des autres, « ton Dieu », le Dieu que d’autres m’ont fait connaître et dont ils ont témoigné, le Dieu auquel j’accède à travers l’autre. En ce sens, faire cet effort de « traduction mentale » lorsqu’on lit un texte ou une prière comportant le nom JHWH pour Dieu, nous fait prendre conscience qu’on est inséré dans une grande « nuée » de personnes qui, avec nous, croient et confessent sa seigneurie !

Il serait extrêmement intéressant de parcourir toute la méditation rabbinique à propos du saint Nom de Dieu : je me content d’évoquer un beau commentaire à propos d’Exode 34,6 : « Le Seigneur (JHWH), le Seigneur (JHWH), Dieu (El) miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en amour et en fidélité ». Les rabbins observent que le tétragramme imprononçable, JHWH, considéré comme un attribut de miséricorde, est attesté en premier et répété deux fois ; en revanche El, l’attribut de la justice, apparaît en second lieu et une fois seulement. Il y a donc, comme le soulignent les rabbins, un déséquilibre entre les deux principaux attributs de Dieu : sa miséricorde compte double par rapport à sa justice, et sa compassion l’emporte toujours au détriment de la comptabilité vindicative !

 

 



Aucun commentaire

  •