Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5071 réponses...

Suivez-nous !

Jésus a-t-il été créé ou engendré par Dieu?

Pierrot 15.02.2015 Thème : Jésus Bookmark and Share
Réponse de : Jean-Denis KraegeJean-Denis Kraege

Si je vous réponds que Jésus a été créé par Dieu, j'affirme qu'il n'était qu'une créature. Il n'était donc qu'un humain comme les autres. Si je réponds avec une longue tradition ecclésiastique que Jésus a été engendré, j'affirme qu'il n'était qu'apparemment humain. En tout cas il était plus divin qu'humain.
Le problème c'est que, s'il n'était qu'une créature, pourquoi lui accorder un statut particulier ? Pourquoi dire en particulier que, pour nous chrétiens nous ne connaissons Dieu et la vérité de notre vie qu'au travers de Jésus (cf. Jean 14.6) ? Jésus n'est alors, au mieux qu'un prophète parmi beaucoup d'autres. Il peut m'inspirer, mais ce qu'il me dit n'a rien d'absolu, de décisif, de dernier. Par contre, si je dis qu'il a été « engendré » par Dieu le Père, je fais de Jésus une apparence d'humain qui m'est infiniment supérieur. Je n'ai plus alors grand chose à faire avec lui, ni lui avec moi. Il n'a rien d'un frère en humanité. Il ne me parle pas à mon niveau, mais me prend, pourrait-on dire, de haut. Il n'a franchement iren ou pas grand chose à me dire.
J'aimerais pourtant que ce que me dit Jésus soit décisif, soit la vérité. Et j'aimerais tout autant que ce soit un frère humain, venu partager ma vie, ma mort et la résurrection que j'espère, qui me parle. Pour que cela soit possible, il faut dire que Jésus a été créé ET a été engendré par Dieu, puisque vous semblez tenir à ce langage. On pourrait aussi dire : en Jésus, il n'y avait qu'un homme et pourtant c'était Dieu qui, une fois pour toutes, me rencontrait, me parlait.
Cette conjonction de l'humain - pleinement humain - et de Dieu - et vraiment de Dieu - en Jésus, on appelle cela un paradoxe. Le christianisme est ainsi de part en part paradoxal ou il n'a aucun intérêt. Et face à un paradoxe, notre langage reconnait son impuissance. Nos raisonnements au moyen de la logique binaire qui nous est habituelle se révèlent insuffisants. C'est pourquoi, face à ce que Jésus nous a dit, il n'y a que la confiance qui vaille. Et la confiance, c'est la même chose que la foi. Sur la base de cette confiance que c'est bien Dieu qui me parle en Jésus, je puis échafauder – avec mon langage limité – une certaine manière de me comprendre qui m'apporte plénitude de vie.



Aucun commentaire

  •