Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5075 réponses...

Suivez-nous !

Dieu absent mais consolateur

pimprenelle 12.06.2013 Thème : Foi: que croire et comment ? Bookmark and Share
Réponse de : Matthias WirzMatthias Wirz

Voilà une série de questions immensément sérieuses: face à elles, les réponses ne peuvent pas se donner à la légère, et votre grande souffrance mérite un infini respect. D'où ce laps de temps écoulé avant ces quelques mots que je vous écris. J'espère au moins que mes paroles ne vous sembleront pas trop faciles.

Dieu est-il absent? On pourrait le croire face à des situations comme celle que vous décrivez pour ce qui vous concerne. Mais on peut aussi prendre la question autrement, et ne pas chercher Dieu comme en dehors, à l'extérieur de ces ces situations, mais en plein dedans. Le découvrir proche, là exactement. Jésus en effet, qui a fait par sa vie humaine le récit de Dieu, a partagé la souffrance ultime (jusqu'à la mort innocente par la torture) et a su montrer qu'il donnait, par son attitude jusque dans ce moment de souffrance extreme, un portrait de Dieu. Les esprits religieux ont considéré cela un blasphème: comment un homme mort honteusement sur une croix (le plus infame des supplices à l'époque romaine et aussi pour des juifs) pouvait-il prétendre représenter Dieu dans cette déréliction? Or ce paradoxe est justement ce qui fait la sagesse de Dieu: Dieu n'est pas le tout-puissant qui sauve comme le ferait un héros, mais sa puissance est précisément d'abord de savoir accepter ces situations d'humiliation abyssales en continaunat à aimer. Sa puissance est de consentir librement à la faiblesse et à la douleur ultime. Ce faisant, il se rend capable de se charger de ce qui nous charge, puisqu'il a vécu dans sa propre personne l'abandon, la souffrance ultime, la déréliction. C'est là donc aussi, dans nos propres situations, que nous avons à le découvrir, mystérieusement présent et aimant.



Aucun commentaire

  •