Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5073 réponses...

Suivez-nous !

Né de nouveau, comment faire mourir le vieil homme?

Louis 30.12.2014 Thème : Spiritualité et prière Bookmark and Share
Réponse de : Matthias WirzMatthias Wirz
Bonjour Louis,
Vous avez raison, dans toute vie, pour que quelque chose de nouveau naisse, il faut laisser mourir ce qui est ancien.
Mais dans la foi chrétienne, ce n’est pas avant tout à nous d’opérer ce passage, c’est au contraire Dieu lui-même, au moment de notre baptême, qui a lui-même fait mourir « l’homme ancien » en nous pour nous faire renaître en Christ. Comme l’écrit Paul : « Baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés », et dès lors nous sommes « vivants pour Dieu en Jésus Christ » (Romains 6, 4 et 11).
Cela s’est opéré en nous une fois pour toutes : arrachés au péché ancien, notre personne est comme transférée dans une nouvelle dimension de vie, qui donne à l’existence du croyant une nouvelle identité.
Mais, vous avez raison, ce qui s’est ainsi produit en nous gratuitement, nous avons ensuite à l’assumer. Il nous faut prendre en compte notre corporéité (ce que vous appelez la chair) pour avancer à la suite du Christ. Ce n’est pas un « autre nous-mêmes » qui marche dans les pas de Jésus (comme si le Christ appelait à un dédoublement de la personnalité), mais bien notre propre personne, avec tout ce qui la constitue : corps, âme et esprit.
Certains renoncements sont dès lors nécessaires, un comportement « nouveau » doit caractériser la vie des chrétiens. Nous sommes appelés à devenir en réalité ce que nous sommes déjà aux yeux de Dieu. Cela ne saurait signifier pourtant renier notre personnalité, mais dire non à des penchants qui sont négatifs, non seulement au plan chrétien, mais plus largement d’un point de vue purement humain.
Et l’image de l’homme nouveau qui nous est donnée à suivre est celle de Jésus lui-même, lequel par sa mort et sa résurrection nous a offert notre nouvelle condition.
Il nous faut vivre dès lors non plus pour nous-mêmes, ce qui se traduit souvent pas une attitude sans ou contre les autres, mais vivre pour Dieu et pour les autres, en prenant pour modèle de vie les attitudes tout humaines de Jésus.
Il s’agit donc de vivre toujours plus pleinement ce que Paul décrit synthétiquement en ces termes : « Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est Christ qui vit en moi » (Galates 2,20). Et sur cette route, même s tout nous est déjà donné, nous avons toujours à avancer plus avant !
 


Aucun commentaire

  •