Participer ?

Participer ?

Rechercher dans 5071 réponses...

Suivez-nous !

Comment une religion ne sombrera-t-elle pas dans l'activisme et le légalisme?

espadon 19.01.2015 Thème : Actualité et spiritualité Bookmark and Share
Réponse de : Jean-Denis KraegeJean-Denis Kraege

Je suis bien persuadé moi aussi que les religions tentent de répondre à la question du sens de notre vie : quelle est ma raison d'être ? quelle valeur possède ma vie ? dans quelle direction l'orienter ?... A noter que les religions se doivent aussi de répondre à deux autres questions que chacun se pose : la question de ma destinée-liberté et celle de la vérité. Chacun se demande, en effet, si tout dans sa vie est déterminé par des lois, conditionnements etc ou s'il possède une parcelle au moins de liberté. Chacun se demande aussi comment être bien avec soi-même, coller à soi, ne pas être distendu entre des désirs, devoirs etc., bref comment trouver la cohérence de sa vie ou encore sa vérité.
Les religions – et le christianisme en fait partie – tentent effectivement de donner des réponses à ces trois grandes questions. Certaines le font au moyen de règles, de lois, de commandements, de techniques et de grands principes. Le christianisme en son essence tentent, à mes yeux, de restreindre au maximum ces principes. Jésus a, par exemple, réduit toute la loi de Moïse à deux (ou trois) commandements : l'amour inconditionnel de Dieu, celui du prochain et celui de soi-même. Ce faisant il nous disait que le sens de notre vie, c'est d'aimer-servir Dieu de tout son être et donc son prochain comme soi-même. Le malheur a ensuite été que les premiers chrétiens ne se sont pas contentés de ce noyau. Ils ont voulu savoir comment, dans telle situation particulière, aimer Dieu, comment concilier l'amour de soi et du prochain, etc. On leur a répondu et cela est devenu aux yeux des générations suivantes une nouvelle loi. Et quand on se soumet à pareille loi, on sombre effectivement très vite dans l'activisme : il faut faire ceci et encore cela jusqu'à ce qu'on ait – pense-t-on - donné du sens à sa vie, alors que ce sens, nous ne pouvons le conquérir à coup de bonnes oeuvres ; il nous a du reste été donné d'emblée et nous n'avons pas à le gagner...Je me permets dès lors de penser que les épîtres, par exemple, à Timothée sont des exemples de réponses possibles dans une situation donnée, mais ne doivent en aucun cas devenir des normes du comportement de tous les chrétiens pour tous les temps et dans tous les lieux !



Aucun commentaire

  •